:: Around the world... and even more! :: Another life, another shape! :: Flashbacks & flashforwards Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

「 puisqu'on qu'on est jeune et con — ft. cait (past) 」

avatar
Messages : 52
Age : 26
Multi-comptes : vitani stracciatella • 

Feuille de personnage
Orientation : ♂
Situation: Célibataire
Groupe: Hellhounds
Hellhounds - Professeur d'Histoire
Voir le profil de l'utilisateur




Wanda Romanova
Hellhounds - Professeur d'Histoire
Jeu 10 Aoû - 20:20


Londres.
La vie, la lumière, la folie. La ville ou il fait bon d’être jeune et libre, ou on peut danser et chanter jusqu’au bout de la nuit, courir et faire les fous ; rire. Vivre.

Wanda aime Londres. Elle la connaît par coeur, l’aime — même si parfois elle s’y sent seule. Enfin, ça c’était avant Aethelwulf. Maintenant sa vie n’est plus que couleurs grâce à ce garçon (ironiquement toujours vêtu de noir). Ce soir pourtant, Aethel n’est pas avec elle alors que les talons de Wanda arpentent le sol en quête d’aventures (et de vengeance). Il est à une fête — avec ses amis et camarades de la fac. Une fille de sa promo fête son anniversaire apparemment. Et Wanda n’y est pas. Scandaleux. Qu’importe qu’elle ne connaisse personne, elle voulait s’amuser aussi, être avec Aethel' ! Pas juste. Elle n'aime pas cette fille qui lui pique son colocataire comme ça sans prévenir. Alors tant pis. Wanda s’amusera toute seule cette nuit. Elle a rapidement vérifié les facebook de ses bars underground favoris, afin de savoir qui diffusait de la musique et où. Sa cible dans sa ligne de mire, elle s’est emparée de sa veste et de son sac à main, a embrassé Bob et les chats, avant de partir telle une conquérante se jetant dans une quête épique.

Elle atteint finalement sa destination. Le Bloodhaven est un bar situé dans une rue tranquille, on ne soupçonne pas en passant devant sa devanture qu’il est rempli de gentils (de l’avis de Wanda ; mais de son avis tout le monde est gentil) métalleux et de musique trop forte pour les tympas humains. Wanda rentre, salut deux ou trois habitués qu’elle reconnait avec enthousiasme. L’ambiance l’envahit, lui saute à la gorge. Elle va commander un cocktail de fruits sans alcool, comme toujours.

C’est là qu’elle la voit. Petite chose mignonne qui semble ne pas avoir sa place dans cet univers de mauvaise bière et de piercings partout. Elle est adorable, même de loin. Un peu perdu peut-être, ou bien c’est une simple impression qu’elle renvoit. En tout cas, Wanda ne l’avait encore jamais vu ici. La rose sourit, s’approche avec son verre à la main dont elle prend une gorgée, laissant tomber quelques gouttes sucrées le long de sa gorge et son décolleté plongeant, et s’installe à côté d’elle sans la moindre gêne car après tout, l’autre aussi est toute seule.

Bonsoir ! J’adore tes cheveux !

Un sourire, un éclat joyeux dans les yeux alors qu’elle lance ces quelques mots en guise d’approche. Sincérité, spontanéité.
Wanda en somme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Age : 20
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly

Feuille de personnage
Orientation : Perduesexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Artist Alley
Mer 16 Aoû - 2:09
Kimi no kokoro ga kimi wo oikoshitanda yo
Le soleil était levé depuis quelques heures seulement lorsque tu mis les pieds dans ce train en direction de la Capitale. Londres avait été un fantasme pour toi, petite fille ou adolescente écossaise perdue dans cette grande ville qu’était Edimbourg. Et puis, tu l’avais haï, cette ville qui t’avais volée ta cousine, puis ton cousin. Tu l’avais maudites, décidant ainsi de ne jamais y mettre les pieds.

Mais, depuis qu’elle t’avait rendue Brume, tu avais décidé de lui laisser sa chance. Une raison idiote et enfantine t’en avais tenue écartée mais, aujourd’hui, tu voulais la découvrir. Parce que tu n’étais plus si loin de la ville en question. Et que tu souhaitais avancer, observer. Tu avais loué une petite chambre sur un site bien connu de réservation entre particulier, réservé un billet de train, et abandonné Blenheim.
De toute façon, la plupart étaient en vacances sur l’île paradisiaque du vieux Foster.

Un frisson te parcourt alors que tu observes le paysage s’égrener à travers la vitre. La climatisation est traitresse dans ce genre de train et tu ne portes qu’une robe d’été blanche ornée de tournesols jaunes et de feuilles noires. Une robe d’été ample et confortable à laquelle tu as assortie une paire de sandales blanches. Tu retires ton sac à dos du siège lorsqu’un homme se présente pour s’installer, montant délicatement le volume de la musique qui passe dans tes écouteurs.

Le train entra en gare à l’heure prévue, alors tu attrapas ton sac en toile avant de quitter la rame. La cohue te pris toute suite en son sein, t’étourdissant presque. Londres à huit heures du matin, même au mois d’août, cela restait bien plus animé que la tranquille Edimbourg un jour d’affluence. Tu sortis de ton sac le carnet dans lequel tu avais sagement consigné les différentes étapes de ton séjour : Piccadilly, White Chapel, 221B Baker Street, Camden Market, Buckingham. Et puis, la liste des pâtisseries que tu souhaites visiter.

Et la journée marathon commence. De bus en métro, de métro en marche à pied, de marche à pied en bus. A dix-neuf heures, tu rejoins finalement ce petit appartement, sonne prudemment et souris à la vieille femme qui t’ouvre. Tu la remercies chaleureusement de t’héberger et lui explique ton programme de la soirée, de la nuit. Elle te confie une paire de clé à poser à l’entrée le lendemain matin en quittant l’appartement. Tu la remercies une nouvelle fois avant qu’elle ne s’en aille. Une douche rapide et tu changes de vêtement, une autre robe. Rouge, ceinturée à la taille par un ruban blanc, les manches brodées de dentelles de la même couleur. Tu n’as qu’une paire de chaussures qui fera tout à fait l’affaire avec cette robe également.
Tu observes tes cheveux et hésite un instant avant de les laisser lâchés. Un brin de maquillage vient compléter ta préparation. Juste un brin : cil, crayon, baume à lèvre rosée.

Et puis, tu sors. Tu cherches sur ton smartphone un bar dans lequel tu auras plaisir à écouter la musique. Tu n’es pas sûre que sortir seule dans un bar soi une bonne idée mais, aujourd’hui, tu as envie d’être une adolescente qui sort le samedi soir. Ça ne t’arrive pas souvent, autant profiter.
Le Bloodhaven n’avait pas l’air du bar lambda dans lequel on croise des adolescentes en quête de beuverie et de drague. Mais, ça correspond tout à fait à ce que tu cherchais en venant à Londres. Alors tu entres finalement, tu t’installes au bar et tu observes la carte. Le barman n’a pas l’air tout à fait à l’aise face à toi, rien de méchant, juste un peu perturbé de te voir au comptoir dans ta robe de petite fille et hésitant à choisir.
Ton choix se porte finalement sur un « Cocktail VIP » : Framboise, Rose, Litchi. Sans alcool. Il hoche la tête et prépare ta boisson.

Tu as l’impression de faire tâche, tu n’es pas à l’aise. Finalement, tu vas peut-être seulement finir ton verre et rentrer. Au fond, ça t’agace de ne pas savoir comment réagir dans ce genre de situation. De ne pas avoir eu une passion pour les boîtes de nuit, les bars, la fête.

Et finalement, quelqu’un s’approche. Elle aussi, elle fait tâche dans cet environnement. Elle est belle, terriblement, elle a l’air joyeuse et peut être allait-elle égayée ta soirée.

- Bonsoir… Merci, je crois.

Le compliment t’a fait monter le rose aux joues. Tu passes une main dans la tignasse rouquine et relève les yeux vers les pupilles bleues.

- Les tiens sont beaux aussi… Comment tu les entretiens ? Ça doit être du travail ?

Après tout, les cheveux roses, ça n’avait rien de naturel.
© Kendall - Toute copie partielle ou complète est prohibée
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Age : 26
Multi-comptes : vitani stracciatella • 

Feuille de personnage
Orientation : ♂
Situation: Célibataire
Groupe: Hellhounds
Hellhounds - Professeur d'Histoire
Voir le profil de l'utilisateur




Wanda Romanova
Hellhounds - Professeur d'Histoire
Sam 23 Sep - 11:21


Comme elle est mignonne, comme elle semble gentille, cette petite inconnue un peu perdu visiblement ! Wanda n’a pas hésité une seconde en venant la voir. Imprudente, crierait Aethelwulf s’il était là pour la surveiller. Après tout, on n’est pas censé parler aux inconnus. Mais ; si on ne le fait jamais, comment se faire de nouvelles connaissances ? C’est dans cet état d’esprit que Wanda allait, de rencontres en rencontres, parfois fugace le temps d’une soirée, parfois plus si échange de numéros il y avait. Elle était insouciante, jeune et persuadée qu’on ne lui voudrait pas de mal — ce mode de pensée lui avait pourtant valu de déjà tombé à quelques reprises sur des individus mal intentionnés ou trop imbibés d’alcool pour réfléchir avec leur tête plutôt que ce qui pend entre leurs jambes. Mais qu’importe ; Wanda s’en était relevée après tout.

Un sourire étire les lèvres colorées d’un baume rosée un peu pailleté de Wanda alors que l’inconnue lui réponds. Elle semble rougir légèrement, à moins que ce ne soit la lumière tamisée et l’ombre des spots derrières elle qui donne cette impression. Prenant sa relance de la conversation pour une invitation, la russe attrape son verre laissé à sa place derrière elle et vient s’assoir sur le tabouret près de la jolie demoiselle. Elle attrape une mèche de ses propres cheveux, la froissant un peu entre ses doigts manucurés.

Oh, merci ! J’avais une couleur terriblement ennuyeuse et banale de base en fait, donc j’ai découvert le monde des colorations capillaires et depuis, tada ! Ça ne fait pas très longtemps qu’ils sont roses d’ailleurs, mais je suis contente si ça plait je vais peut-être garder alors.

Il faut le savoir, Wanda est bavarde. Elle a toujours aimé parlé. Peut-être que c’était pour compenser le fait qu’elle n’ait pas eu de frères et soeurs avec qui jouer et que ses parents étaient souvent absent pour leur travail (oh, évidemment c’est normal et elle ne leur en veut pas, elle adore sa mère et son père). Du coup, dès qu’elle avait de la compagnie plus jeune, Wanda parlait. Elle racontait tout, posait des questions, riait haut et fort. En grandissant, elle s’est rendue compte que parfoi, parler mettait les gens à l’aise plutôt que de les laisser dans un silence qu’ils n’appréciaient pas forcément. Alors elle parlait, jusqu’à décider de devenir professeur, un métier ou l’éloquence était une qualité essentielle.

Et donc, pour te répondre, non ce n’est pas trop compliqué, faut juste refaire la couleur régulièrement et utiliser un soin pour les racines, histoire que ça les irrite pas trop ! Mais j’aurais préféré avoir de beaux cheveux naturels comme les tiens, honnêtement !

Elle rit encore un peu. La soirée prenait une tournure intéressante et Wanda n’était plus du tout fâchée (enfin si encore un peu peut-être) que son colocataire l’ait abandonné pour la soirée. Elle tends sa main à la jeune fille.

Au fait, je m’appelle Wanda ! Enchantée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Age : 20
Multi-comptes : E. Kaelen Knightwalker
Bartholomew II Richardson
Ù. Caitrìona Muirhead
Nikolaus K. Nielsen
Harold C. Edly

Feuille de personnage
Orientation : Perduesexuelle
Situation: Célibataire
Groupe: Artist Alley
Lun 23 Oct - 22:23
You'll be brighter than the stars
La musique pulse, elle résonne, elle remplit. Assourdissante, elle ne devient pourtant pas un obstacle à ta contemplation.
Cette femme était belle, terriblement. Et tu sentais ton cœur s’emballer. Parce que tu ne comprenais pas pourquoi elle s’était arrêtée pour te parler. Elle semblait à son aise ici, elle avait l’air de connaître le barman, de savoir ou elle était. Mais toi, tu n’as absolument aucune idée de l’endroit où tu as mis les pieds. Il avait juste une note pas trop mauvaise sur Trip Advisor.
Alors tu l’écoutes, cette femme bien trop à l’aise. Tu l’écoutes en admirant son beau visage. Ses grands yeux bleus, cette peau d’albâtre, ce nez si fin, ces cheveux si beaux. Tu laisses ton regard se balader sur la courbe de son visage alors que tu poses ton coude sur le bar, le menton dans le creux de la main. Ses traits sont si doux, si régulier. Son visage te faire penser à un cupcake. C’est doux, sucré, moelleux. Oui. Un cupcake à la fraise.

Mais tu ne peux décemment pas la laisser parler toute la soirée toute seule, ça ne se fait pas. Alors tu te redresse un peu, remercie le serveur qui vient de déposer ton cocktail sur le bar. Tu trempes tes lèvres dans le cocktail acidulé et sourit.

- Je suis sûre que votre couleur naturelle n’a rien de banale ou d’ennuyeuse, vous-vous êtes magnifique.

Tes joues s’empourprèrent. Il y avait quelque chose qui se dégagea de cette femme et qui te faisait craquer. Mais ce que tu ne comprenais pas, c’est comment une femme pouvait faire battre ton cœur aussi vite. Tu n’avais jamais pensé avoir un jour des sentiments pour une femme. Enfin, des sentiments. C’était peut-être un bien grand mot, ne crois-tu pas Cait ? Tu te sens juste un peu euphorique face à cette escapade londonienne que tu as orchestrée de toi-même.

- J’aurais trop peur d’abîmer mes cheveux pour faire ce genre de coloration moi-même. Je vous admire pour ça.

Et puis, tu es trop effacée pour attirer l’attention sur toi avec une couleur de cheveux excentrique. Heureusement que ton école n’était pas très stricte à ce sujet, finalement. Tu glisses tes doigts fin dans sa masse informe de cheveux, enroulant une mèche autour de ton doigt. Il fallait vraiment que tu parviennes à entamer la conversation sur autre chose. Finalement, c’est encore la jeune femme qui reprend.
Wanda, comme le poisson ? Tu clignes des yeux doucement et souris un peu.

- C’est joli comme prénom. Je crois que vous avez un accents, vous êtes de quelles origines ?

Bravo Cait, tu es perspicace. Mais tu n’as aucun tact. Tu sembles bien vite te rendre compte des bêtises que tu as dis et tu poses sa main sur tes lèvres, gênée.

- Pardon, je suis indiscrète. Excusez-moi.

Tu détournes un peu le regard et te souviens qu’elle s’est présentée à toi.

- Je… Je m’appelle Caitrìona, mais vous pouvez m’appeler Cait, c’est plus simple !
©️ Kendall - Toute copie partielle ou complète est prohibée
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Palais de Blenheim :: Around the world... and even more! :: Another life, another shape! :: Flashbacks & flashforwards-